Guérin-Boutron

La famille parisienne Guérin Boutron fonde la société vers 1775. L'usine spéciale pour la fabrication des chocolats est située au 23 et 25 Rue du Maroc dans le 19e arrondissement de Paris. En 1910, employait environ 280 ouvriers. L'entreprise dispose à Paris de deux magasins de vente au détail au 29, boulevard Poissonnière et au 28, rue Saint-Sulpice dans le 6e arrondissement de Paris.

La marque est renommée par son chocolat à la vanille et son chocolat Solubia. Elle reçoit une médaille d'or à l'exposition universelle de 1889.

Une carte à collectionner des albums de la marque de chocolats Guérin-Boutron.

À partir du 1er janvier 1897, Guérin-Boutron donne dans ses deux magasins de détail, le numéro de la semaine de l'Illustration à tout acheteur (Paris et province) de la valeur de douze francs en chocolats, bonbons ou thés, aux prix de détail.

Avant les chocolats Poulain, Guérin-Boutron joint à ses tablettes de chocolat des images chromolithographiques représentant personnages historiques ou de l’imaginaire populaire. Par souci de fidélisation, ces images sont publiées en petites séries. Avec Liebig, Aiguebelle ou Suchard, Guérin-Boutron est parmi les plus actifs dans l'imagerie publicitaire. Ces chromolithographies ne sont pas destinées à être présentées en album. Deux albums "Livre d'or des célébrités contemporaines" sont édité à partir de 1903 et qui chacun, comprend 500 images environ, dont celle de Louis Duchesne.

En 1904, Paul Guérin décède.

En 1911 : "Dans un restaurant du boulevard, MM. Maurice et Roger Guérin-Boutron, les Chocolatiers bien connues, entourés du haut personnel de leur usine, ont offert un banquet en l'honneur de onze de leurs ouvriers qui avaient obtenu la médaille des trente années de service i il y avait même parmi eux un cinquantenaire. Guérin-Boutron, après une allocution cordiale, ont remis les décorations à leurs braves collaborateurs"

En 1913, Guérin-Boutron est un gros importateur.

1920. Fin de la grève des abattoirs. Le groupement patronal l'Alliance française de l'alimentation ayant désigné deux arbitres, MM. Franchomme et Guérin-Boutron, au nom des patrons margariniers, les ouvriers bouchers de toutes catégories des Abattoirs généraux décident de reprendre le travail dès ce matin, à Vaugirard comme à la Vilette.

Le déclin

La société fait appel aux investisseurs extérieurs en 1923 ( Nombre de titres, 12000 actions). Elle devient une société anonyme au capital de 6 millions de francs, ayant pour objet la fabrication et la vente du chocolat.

En 1924, Maurice Guérin meurt. Il était président du conseil d'administration de la Société Guérin-Boutron et vice-président de la chambre syndicale des chocolatiers de France.

À la mi-septembre 1929, un touriste en villégiature depuis quelques jours à Lanslebourg en Savoie, le parisien René Guérin-Boutron, 19 ans, part pour l'ascension de la pointe de la Roaec (3.600 mètres). Le fils du fabricant de chocolat tombe d'une grande hauteur en Haute-Maurienne et a le crâne fracturé.

Une assemblée extraordinaire de la société est convoquée le 19 février 1935.

Après la faillite de Guérin-Boutron, du matériel de chocolaterie est vendu au 23 rue du Maroc, le 22 avril 1942 à 9 h.


5 liens automatisés vers un moteur de recherche
Guérin-Boutron sur Google
Guérin-Boutron sur Bing
Guérin-Boutron sur Wikipedia
Guérin-Boutron sur Google image
Guérin-Boutron sur Bing image

1 lien manuel vers un site exterieur
Collyon.com : collection de personnalités Guerin Boutron
Thème Chocolat
Marque vue 240 fois - Créée le 30 Mars 2016 - Modifiée le 13 Novembre 2018 Retour
Haut de page