Pâtes Capitan
Les établissements Capitan.
Fondateur de cette entreprise, Pierre Capitan était né en 1874 dans une famille de cultivateurs à Bernin, dans l'Isère. Après un séjour en Indochine et un emploi de contremaître à Chedde en Haute-Savoie, il se lança dans l'aventure industrielle.
En 1907, il constituait avec l'un de ses frères, Casimir, la société en nom collectif Capitan Frères. Elle avait pour but d'exploiter une fabrique de pâtes alimentaires située à Thonon-les-Bains. La production se développant rapidement, la société rachetait en 1916 l'usine Marge-Goy et Cayre, à Montferrand.
Pierre Capitan s'y installait pour développer la production et constituait en 1929 la Société des Pâtes Pierre Capitan. Son essor fut remarquable : en 1931, l'industriel inaugurait un dépôt à Paris, avec un de ses fils comme directeur commercial et, en 1933, il montait une nouvelle fabrique à Talence près de Bordeaux.
En 1937, il créait une autre usine à Petit-Quevilly, près de Rouen. Entre les deux guerres, Capitan établissait à Montferrand une installation moderne pour la torréfaction de la chicorée. La matière première, les racines de chicorées séchées appelées aussi « cosettes », venait alors du nord de la France. On les faisait griller dans de grands tambours en tôle au-dessus de fourneaux qui élevaient la température autour de 400°. Des essais de culture de la chicorée tentés en Auvergne à cette époque n'eurent pas de suite durable, sans doute parce que les terres de Limagne n'étaient pas adaptées à cette production.
Installée sur les remparts de Montferrand, de part et d'autre de la rue du Temple, aux numéros 8 et 19, l'entreprise Capitan employa jusqu'à 200 personnes pendant de nombreuses années, même pendant la Seconde Guerre mondiale et ce malgré les difficultés d'approvisionnement. Pendant cette période, la distribution gratuite de denrées alimentaires, les aides à la confection des colis envoyés aux soldats prisonniers en Allemagne permirent d'atténuer un peu les privations auxquelles la population était confrontée.
La politique sociale au sein de cette entreprise était aussi en avance pour l'époque avec une caisse d'assurances, de secours et de prévoyance instituée dès 1917. Les grands principes de l'hygiène au travail et des soins d'urgence à prodiguer en cas d'accident figuraient également parmi les préoccupations de l'entreprise. En 1949, la société Capitan se classait au 6 e rang de la production française de pâtes alimentaires sèches. La concurrence et la concentration dans ce domaine, dominé par Lustucru, Rivoire et Carré et… Panzani, devait toutefois avoir raison de cette entreprise et l'usine de Montferrand ferma définitivement ses portes en juillet 1961.
Dans les années 1970, ses bâtiments de la rue du Temple furent démolis et remplacés par des immeubles. Fort heureusement, les archives de la société de Pierre Capitan ont été sauvegardées et déposées par sa famille aux Archives Départementales du Puy-de-Dôme. Une démarche qui vaut d'être soulignée car elle garde, hélas, un caractère exceptionnel : combien de mémoires d'entreprises ont disparu au hasard d'un déménagement, d'une liquidation judiciaire ou plus souvent encore par simple désintérêt ou négligence.   
(Source : La Montagne, Pierre-Gabriel Gonzalez)

 

Thème Pâtes alimentaires
Les objets de la marque Pâtes Capitan
Marque vue 265 fois - Créée le 17 Decembre 2020 - Modifiée le 18 Septembre 2021 Retour
Haut de page