Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies
Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies
C’est en rassemblant les fonds des indemnités de dommages de guerre de quatorze sucreries de Picardie, dans l’Aisne et dans la Somme, que la CNSR, créée en 1919, construit l’une des sucreries les plus importantes et les plus modernes de l’Entre-deux-guerres.
La CNSR, société industrielle, a été constituée le 13 juin 1919, à l’initiative d’Émile Tabary pour la construction de la nouvelle sucrerie d’Eppeville.
La société à laquelle participent également André Boivin, actionnaire principal et Edmé Sommier, rassemble les fonds des indemnités de dommages de guerre de quatorze sucreries de la Somme (Athies, Ercheu, sucrerie Boquet d’Eppeville, sucrerie Ouarnier de Matigny, sucrerie Lapierre de Monchy-Lagache, Mons-en-Chaussée, Moyennecourt, Sainte-Radegonde) et de l’Aisne (sucrerie de Courcelles à Fonsommes, Lesdins-Omissy, Flavy-le-Martel, Montescourt, Seraucourt-le-Grand, Villers-Saint-Christophe, sucrerie Louis Perqueux).
C’est ainsi qu’en octobre 1922, la Société possède un capital en actions de 3 millions de francs.
La valeur de l’action est décuplée dans l’année qui suit et permet à la société d’atteindre un capital de 30 millions de francs avant la campagne de 1923. Ces capitaux permettent d’ériger l’une des sucreries les plus importantes et les plus modernes de l’Entre-deux-guerres. Edmé Sommier devient le premier président du Conseil d’administration. L’usine d’Eppeville est placée sous la direction d’Emile Tabary, qui restera à la tête de l’établissement jusqu’en 1950.
La CNSR absorbe la sucrerie de Ham en 1958, celle d’Orange en 1963 et celle de Crisolles en 1964. La société disparait en 1968 en intégrant le groupe Générale Sucrière.
 
Jean de Vogüé, militaire, homme d’affaire et industriel (1898-1972)
Chargé de la commercialisation du sucre, il est l’initiateur de la Compagnie Commerciale de Sucreries Réunies (CCSR). Il ne cesse d’innover dans le conditionnement et le marketing en créant différents types de sucres. En 1945, il participe activement à la reconstruction de La sucrerie d’Eppeville .
Il entame d’abord une carrière militaire en entrant à l’Ecole navale en 1916, à l’âge de 18 ans. En 1928, il quitte la Marine pour devenir directeur adjoint d’Edmé Sommier, à la tête de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies. Chargé notamment de la commercialisation du sucre, il est l’initiateur de la Compagnie Commerciale de Sucreries Réunies (CCSR) qui lui permet de s’affranchir des raffineurs. Il crée les deux marques « Tour », pour le sucre destiné à l’industrie, et la marque « Sol » pour la consommation grand public. Il ne cesse d’innover dans le conditionnement, en créant notamment les paquets de sucre en poudre avec bec verseur. On lui doit également la création « Confisuc » spécialement destiné aux confitures.
En 1945, il est nommé Président directeur général de La Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies CNSR et participe activement à la reconstruction de La sucrerie d’Eppeville. Il sera également l’un des artisans actifs de la création de Générale Sucrière en 1968, dont il sera l’un des administrateurs jusqu’à sa mort en 1972.
(Source : Picardia ; Service Régional de l’Inventaire)
 
En photo : Sucrerie d’Eppeville 

 

Thème Sucre
Les objets de la marque Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies
Marque vue 26 fois - Créée le 17 Octobre 2021 - Modifiée le 15 Janvier 2022 Retour
Haut de page