Cinéphone Champs-Elysées
Le Broadway, un cinéma mono-écran de 375 fauteuils, a été inauguré le 21 octobre 1936. C’est sous l’enseigne Cinéphone-Petit Journal que le cinéma accueille ses premiers spectateurs.
La salle fait partie du réseau Cinéphone qui possède des cinémas programmant des films d’actualités. Le Cinéphone des Champs-Elysées est présenté par le quotidien Le Petit Journal comme le « complément heureux de ses éditions quotidiennes ».
Le Cinéphone, un cinéma spécialisé dans les films d’actualités.
L’écran panoramique de la salle est l’atout de ce cinéma flambant neuf considéré comme « un nouveau point de mire au rond-point ». La salle propose ainsi la revue filmée du monde ainsi que divers petits films. Pour son ouverture, le Cinéphone propose « Le Lycée Papillon » chanté par Georgius ainsi que le documentaire « Course de lévriers ». Suivent deux cartoons de Walt Disney « Les Trois petits chats » ainsi qu’un épisode de Mathurin (le nom français de Popeye) « Quoi? Des épinards? » et pour terminer le court-métrage en couleurs « Terre sans hommes ».
Lors de la soirée d’inauguration, Léo Lagrange, sous-secrétaire d’Etat aux Loisirs, déclare au quotidien Le Petit Journal: « Il est bon qu’aux heures de liberté, les hommes aient la joie de voir ce qui se passe dans le monde ». Et le quotidien de préciser « chacun s’extasie sur l’éclairage varié de la salle que dispensaient des kilomètres de néon dissimulés dans des gorges murales ».
Dès 1937, plusieurs salles d’actualités ouvrent dans différents quartiers de la capitale et le Cinéphone Petit Journal adopte l’enseigne de Cinéphone Champs-Elysées. Le cinéma propose désormais, en complément des actualités, un grand film chaque semaine.
Les autres salles Cinéphone (Italiens, Montmartre et Rochechouart) affichent, parfois simultanément avec la salle des Champs-Elysées, le même film. Durant l’Occupation, la programmation d’une production en simultané avec les salles Cinéphone a toujours lieu.
C’est à la Libération que le Cinéphone-Elysées affiche les productions américaines invisibles quelques mois plus tôt. Suivent les films tournés par la Columbia dans la période 1940-1944. Le premier grand succès de cette période d’après-guerre est « Le Porte-avions X »  réalisé par Henry Hathaway pour les studios de la Fox.
Le Cinéphone-Elysées devient le Broadway.
La nouvelle enseigne du cinéma est inaugurée avec la sortie le 3 juillet 1947 de « Kitty Foyle » réalisé par Sam Wood pour la RKO. Suit le 20 novembre 1946 le succès commercial de la Paramount « Madame et ses flirts » (The Palm Beach Story) de Preston Sturges. (Source :  salles-cinema.com)

 

Les objets de la marque Cinéphone Champs-Elysées
Marque vue 84 fois - Créée le 21 Decembre 2019 - Modifiée le 02 Juillet 2020 Retour
Haut de page