• 15909.jpg
  • 15910.jpg
  • 15911.jpg
  • 15912.jpg
Notice Buffets de Gare 1962
IL y a quelques lustres, sous l'impulsion de Vincent Bourrel, président de l'Académie des gastronomes, la S.N.C.F. avait tenté de donner de l'impulsion aux buffets gastronomiques.
Cela peut sembler un paradoxe lorsque l'on entend, en gare, le haut-parleur tonitruer : " Dijon, dix minutes d'arrêt, buffet gastronomique. " Et, certes, ce furent moins les voyageurs que les autochtones qui vinrent se régaler là où un chef, un concessionnaire de qualité, voulaient se donner la peine de cuisiner bien et, si j'ose écrire, " folkloriquement ".
Il y eut même un ou deux livres d'édités, avec les recettes des buffets, malheureusement très mal présentées.
On se souvient pourtant d'admirables repas à Lille, au buffet de l'ami Thésio ; en Avignon, où officiait le vieux papa Sylvestre ; à Epernay, à Chagny, à Dijon, à La Rochelle, etc. Dans l'ensemble, c'était peu.
Aujourd'hui, seul en province, le buffet de Valenciennes (une étoile au Michelin) mérite le voyage.
Et à Paris ?
Il y a le buffet de la gare du Nord, qui n'est qu'une mangeoire à clients pressés, une sorte de maison de hasard. Le buffet de la gare d'Austerlitz, autrefois sordide, est, me dit-on, mieux en forme aujourd'hui sous les efforts d'un jeune patron. Il y a le buffet de la gare Saint-Lazare, affreux, mais qu'un nouveau concessionnaire, M. Leprêtre, va rajeunir. Après travaux il sera à connaître.
Il y a le buffet de la gare de l'Est avec son restaurant Relais Paris-Est d'un sinistre total. Deux étoiles au Michelin à ça ? C'est incompréhensible !
Il y a le charmant buffet de la gare de Lyon, un " monument " (d'ailleurs classé) à la gloire de la Belle Epoque, du rococo triomphant. Le Train bleu, animé par Georges Neu, est d'une qualité culinaire incontestable. Une bonne maison, et l'on peut traverser une partie de Paris pour venir voir passer les trains (comme le héros de Simenon) en trouvant dans l'assiette une préfiguration des vacances.
Enfin, dans la nouvelle gare Montparnasse, le buffet baptisé le Dolmen.
Un très beau cadre. Une grande chance : celle de laisser sa voiture au parking et, de celui-ci, pouvoir prendre un ascenseur direct pour le restaurant, bas de plafond comme une salle de paquebot. Le bar est grand, cossu. Le restaurant élégant, discret, chaud. (5ource : Le Monde)

  • 1 exemplaire dans la collection
  • Etat : Bon

    8 pages pliées en accordéon

    Provenance : Levroux (Bourses de collections) - le 24 Novembre 2019
Objet vu 12 fois - Créé le 27 Novembre 2019 - Modifié le 13 Decembre 2019 Retour
Haut de page