Salers/Labounoux

1885 : après quelques années d’apprentissage passées dans les distilleries alsaciennes, Ambroise Labounoux rentre au Pays, dans sa Haute Corrèze natale et y fonde  la « Distillerie LABOUNOUX ».

Avec les cerises limousines, il élabore le Kirsch LABOUNOUX qui acquiert rapidement une excellente réputation et remporte de nombreux prix.

Au cours de tournées commerciales dans le Cantal voisin, il découvre un breuvage concocté par les paysans d’Auvergne : le quinquina du pauvre. Cette boisson préparée en laissant infuser des racines de gentiane dans du vin blanc y est fort appréciée, à la fois pour sa saveur et pour les effets bienfaisants qu'elle dispense sous ce rude climat ; une saveur qui  séduit son fils Jean dit Alfred.

Formé au métier de distillateur en région bordelaise, Alfred va s’inspirer de cette tradition Auvergnate pour créer sa propre recette de liqueur apéritive, en utilisant ces mêmes racines de gentianes récoltées sur les pentes du Puy Mary près du village de Salers.

C'est une réussite ! La SALERS connaît dès sa création un vif succès dans toute l'Auvergne et dans le Limousin.

Portée par les Corréziens et les Auvergnats de Paris, elle va dans le même élan faire la conquête de la capitale où elle installera des entrepôts à La Garenne-Colombe puis à Puteaux.

À Alfred succède Jean son fils aîné puis, vingt ans plus tard, Suzanne, sa fille cadette qui présidera aux destinées de la SALERS pendant une trentaine d’années.

La Distillerie de la SALERS est encore aujourd’hui une entreprise familiale, fidèle à sa région et à ses origines. 


5 liens automatisés vers un moteur de recherche
Salers/Labounoux sur Google
Salers/Labounoux sur Bing
Salers/Labounoux sur Wikipedia
Salers/Labounoux sur Google image
Salers/Labounoux sur Bing image
Marque vue 174 fois - Créée le 24 Janvier 2016 - Modifiée le 16 Decembre 2018 Retour
Haut de page